e– Dis­cus­sion :
* Secteur ori­en­tal : les pre­mières nais­sances dans ce secteur devi­en­nent de plus en plus pré­co­ces (mois de jan­vier au lieu du mois de mars)
Cette pré­coc­ité est liée aux fac­teurs du cli­mat et à la disponi­bil­ité de la nour­ri­t­ure
* Secteur occi­den­tal : Ce groupe est car­ac­térisé par :
peu de nais­sances, insuff­i­sance des ressources trophiques suite aux incendies répétés, la migra­tion des singes vers la décharge et l’instabilité à cause de la présence de chiens errants
f– Con­clu­sion :
La pré­coc­ité des nais­sances et la crois­sance de l’effectif chez le magot pour­rait s’expliquer par :
- Grande var­iété d’espèces végé­tales présentes (plus de 300 espèces)
- Recou­vre­ment de la strate arbus­tive assez impor­tant, celle ci con­stituerait non seule­ment une source d’alimentation mais aussi des sites de som­meil
- Exis­tence de grottes dans la zone Est offre aux singes des dor­toirs leur per­me­t­tant de fuir les fortes chaleur de l’été et les intem­péries de l’hiver
- Impact de l’homme sem­blerait être d’un apport béné­fique, la présence du magot pour­rait être liée à l’apport sup­plé­men­taire de la nour­ri­t­ure par les touristes
- Créa­tion du parc national de Gouraya est le pre­mière mesure de préser­va­tion et de pro­tec­tion du magot vivant au parc
- Evo­lu­tion pro­gres­sive des pop­u­la­tions de magot, s’explique par la présence des con­di­tions favor­ables (cli­mat et nour­ri­t­ure), ainsi que la baisse des mor­tal­ités
g– Pro­jet :
Suite à l’intrusion du Magot dans le milieu urbain et suite aux nui­sances occa­sion­nées au niveau des habi­ta­tions et des verg­ers des vil­lages lim­itro­phes, le P.N.G. a opté pour une solu­tion sci­en­tifique, effi­cace et rationnelle.
Pour cela, un pro­jet de coopéra­tion sci­en­tifique de haut niveau avec le cen­tre national de la recherche sci­en­tifique de France (C.N.R.S.), l’institut pas­teur d’Alger est l’université de Bab– Ezzouar (U.S.T.H.B.)
Le pro­jet s’inscrit dans le cadre des pro­grammes de recherche pilotés par le comité mixte d’évaluation et de prospec­tion de la coopéra­tion inter-​universitaires Franco– Algéri­enne (C.M.E.P.). L’intitulé du pro­jet est :
« Statut écologique, démo­graphique géné­tique et san­i­taire d’une pop­u­la­tion de magots « Macaca syl­vanus en con­di­tion lim­i­tantes en Algérie, l’intérêt pour une ges­tion durable de la biodiversité »